Type de description de documents

Comment seront traitées les oeuvres complètes (par exemple, « Oeuvres complètes d’Erasmus ») ?

Les éditions d'oeuvres complètes ou choisies sont considérées comme des agrégats, qui ne sont pas le fait du créateur, mais de l'éditeur commercial ou d'un compilateur.

Le groupe de travail a préparé une demande d'évolution de RDA sur le traitement des compilations : 6JSC/EURIG/Discussion/3  Compilations of Works: Discussion paper.
Suite à la réponse du JSC, le traitement des compilations (et notamment la relation avec les oeuvres contenues) sera précisé dans la norme française en préparation.

Comment seront traitées les monographies en plusieurs parties ou monographies regroupées sur un titre commun ? (en gros ce qui nécessite un 461)

Comment se ferait le lien entre les différentes parties ?

Le modèle FRBR prévoit une relation Tout/partie, applicable à chacune des entités du Groupe 1 (Oeuvre, Expression, Manifestation, Item).

Il convient ensuite de distinguer selon les cas  :

  • une oeuvre composée de plusieurs oeuvres (par exemple, A la recherche du temps perdu qui regroupe plusieurs oeuvres Du côté de chez Swann, etc.); la relation Tout/partie sera établie au niveau de l'oeuvre ;
  • une Manifestation découpée en plusieurs volumes pour des raisons matérielles (par exemple, Ulysse de James Joyce publié en deux volumes dans la collection Folio, ou un dictionnaire en plusieurs volumes)  ; dans ce cas, la relation Tout/partie sera établie au niveau de la Manifestation.

Comment seront traités les livres anciens dont deux exemplaires peuvent ne pas être identiques (cf interpolations, censure, etc.) ?

Selon le modèle FRBR, des variantes significatives dans le texte constituent une nouvelle expression.
Les marques de possession (ex-libris) et annotations manuscrites propres à un exemplaire relèvent de l'Item.

Comment seront traités les œuvres classiques et les textes anciens (Bible, Iliade, etc), pour lesquels on établit déjà une vedette titre uniforme (champ 500 d'UNIMARC, qui en quelque sorte représente déjà une œuvre) ?

Ces oeuvres sont celles pour lesquelles on établit déjà un point d'accès normalisé pour identifier l'Oeuvre, voire une notice d'autorité décrivant l'Oeuvre. Ce traitement sera généralisé à toutes les Oeuvres.

Toutefois, un titre uniforme pour des oeuvres textuelles tel qu'il est construit actuellement contient également des éléments qui identifient l'Expression (langue, version), voire la Manifestation (date de publication). Dans un catalogage FRBRisé ces informations seront données au niveau pertinent.

Pourra-t-on cataloguer des vidéos (type youtube, canal U, etc...) avec RDA ?

Normalement, c'est un des objectifs du code : pouvoir bien cataloguer les ressources du Web.

Est-ce qu'un texte en braille est une expression ou une manifestation selon RDA ?

Selon RDA, un texte en braille est une expression : tout ce qui caractérise la manière d'exprimer un contenu relève de l'expression. Dans RDA, un texte en braille est indiqué par l'attribut  "content type" = "tactile text" au niveau de l'expression, complété par l’élément « Form of notation » qui permet de préciser que c’est le système Braille qui est utilisé.

Quel est l'intérêt de FRBR pour la description des travaux scientifiques ?

Dans le cas d’une publication originale avec une seule manifestation, FRBR n’apportera rien de plus que la description actuelle. En revanche, on pourra lier les entités vers des ressources complémentaires. Pour le signalement de la littérature grise et des thèses, on produira des métadonnées descriptives qui pourront être ouvertes mais devront, dans ce cas, être articulées avec des métadonnées de gestion des droits d’accès. Pour les thèses, l’intérêt de FRBR est de permettre de gérer les différentes versions de la thèse jusqu'à son état définitif (Cf. la Recommandation TEF sur le site de l'ABES : http://www.abes.fr/abes/documents/tef/).

Comment appliquer le modèle FRBR aux documents qui font l'objet d'une seule et unique publication ? Comment traiter les unica (par ex. "Les demoiselles d'Avignon") ?

Les quatre entités du Groupe 1 du modèle FRBR (Œuvre, Expression, Manifestation, Item) sont présentes dans toute ressource (qu’elle soit publiée et donc représentée par plusieurs exemplaires ou qu’il s’agisse d’un document unique par nature : manuscrit d’écrivain, tableau, etc.). Dans le cas du tableau « Les demoiselles d’Avignon », l’Œuvre correspond aux concepts qui ont présidé à la création de ce tableau par Picasso, l’Expression à l’agencement de formes et de couleurs utilisées par Picasso pour réaliser ces concepts, la Manifestation est la définition abstraite des caractéristiques physiques (support, dimensions, etc.) de l’ensemble des exemplaires qui matérialisent l’Expression et l’Item correspond au seul et unique exemplaire.

Dans le cas d’une reproduction, telle qu’une affiche ou une carte postale, on considère qu’il s’agit d’une nouvelle Œuvre (le photographe en étant le créateur) liée à l’Œuvre originale. Ce point est toutefois en débat.

Dans le cas d’une numérisation, soit celle-ci est considérée comme un Item, s’il s’agit d’une numérisation « brute » de sauvegarde, soit elle est traitée comme une Manifestation si elle fait l’objet d’une diffusion commerciale ou si elle a donné lieu à un travail éditorial. C’est la pratique actuelle, mais elle pourrait évoluer avec le changement de structure des catalogues et le développement des bibliothèques numériques. Toute numérisation pourrait être considérée comme une nouvelle Manifestation.

Syndiquer le contenu