Période de transition

La norme de transition vers RDA s'appuiera-t-elle sur la structure de RDA -donc des FRBR- ?

Oui. S'agissant d'une norme de transition, destinée à permettre un catalogage FRBRisé dès la production, elle reflètera bien sûr la structure du modèle FRBR, selon le plan adopté par RDA toutes les fois où cela est possible.

 

Et est-ce qu'elle sera publiée sous forme papier ?

A ce jour, on n'est pas encore entré dans les modalités de la publication.

Combien de temps va durer la période de cohabitation MARC-RDA ?

On ne peut pas indiquer une durée précise, mais la Bibliothèque du Congrès a la ferme intention d'aller vers le scénario 1 d'implémentation de RDA - ce qui suppose d'avoir quitté le format MARC et ses limites. C'est le sens de l'initiative "Bibliographic Framework Transition Initiative" qui veut définir un nouveau cadre pour la diffusion des données bibliographiques avec les technologies du Web.
Lorsque cette initiative a été lancée en 2011, l'objectif était l'abandon définitif de MARC d'ici dix ans.

Un projet de modèle a été proposé en septembre 2012 et un groupe de six bibliothèques travaille avec la Bibliothèque du Congrès por tester et développer ce modèle. Le projet BIBFRAME dispose d'un site dédié où l'on peut suivre les récents développements du modèle.

Peut-on cataloguer avec RDA dans un format MARC ?

Oui, RDA est indépendant des formats.
MARC 21 et UNIMARC ont évolué pour prendre en compte RDA ; en outre, UNIMARC est en cours d'évolution pour permettre un catalogage FRBRisé.
Toutefois, un catalogue en MARC ne permettra pas de tirer le meilleur parti des techniques du Web sémantique.

Si je dois me réinformatiser, quels sont les éléments qui permettront de ménager l’avenir ?

  • Veiller à ce que le système gère des notices d’autorité correspondant aux les points d’accès contrôlés
    Pour la définition d’une notice d’autorité, voir : http://www.bnf.fr/fr/professionnels/autorites_bnf/s.autorite_bnf_presentation_statistiques.html
  • Veiller à ce que le système gère les liens entre notices biblio et notices d’autorité (gestion des points d’accès), entre notices bibliographiques (liens entre monographies et collections, entre périodiques), liens entre notices d’autorité (entre œuvres, etc.)
  • Veiller à ce que le système soit capable de gérer des identifiants URI
  • Veiller à ce que le système gère les liens en utilisant les identifiants et non par chaîne de caractères d’un point d’accès
  • Veiller à ce que le système utilise les identifiants internationaux normalisés en plus des identifiants locaux, lorsqu’ils sont univoques :
    exemples : ISSN – ISNI – ISTC
    exception : ISBN (pas univoque)
  • Veiller à ce que le système soit paramétrable pour permettre de suivre les évolutions d’UNIMARC (notamment en vue de la FRBRisation des données) : création de nouvelles zones (points d’accès, liens, données codées)

Dans la procédure d’import de notices, veiller à ce que le système soit capable :

  • d’analyser un jeu d’identifiants (001, 003, 035) pour s’assurer d’une bonne synchronisation des données (mise à jour sans création de doublons ,ni fusion abusive de notices) : avoir plusieurs clés de contrôle pour l’import de notices ; en cas de doute, créer un fichier de candidats-doublons à arbitrer par le catalogueur/gestionnaire de base
  • de détecter des identifiants en double dans la base (prévenir la création de doublons)
  • d’importer et stocker tous les éléments de la notice récupérée, même s’ils ne sont pas exploités dans l’immédiat : identifiants, données codées, etc. ; pas obligatoirement affichés pour le public.

En catalogage courant, veiller à ce que le système soit capable :

  • de gérer les informations codées et les contrôler par des tables (codes de langue, codes de fonction, etc.)
  • d’interroger et d’exploiter des référentiels externes (norme ISO 639-2, etc.) pour gérer automatiquement les évolutions dans les codes.

Avoir la possibilité d’établir des liens directs entre les exemplaires et les notices d’autorité (personnes, collectivités) cf anciens possesseurs

Garder les identifiants des notices dans les systèmes des agences bibliographiques nationales (BnF, SUDOC), car c’est la clé pour bénéficier de la FRBRisation effectuée dans leurs catalogues.

Si j'ai une base "sale", qu'est-ce que je peux faire pour avoir des données propres pour assurer une migration dans les meilleures conditions ?

Dans le catalogage courant, il convient d’appliquer les normes de catalogage et les bonnes pratiques (voir dans la FAQ la réponse à la question « Peut-on préparer dès à présent son catalogue à la « FRBrisation » ? Si oui, de quelle manière et sur quels types de données faut-il être vigilants ? »)

Par ailleurs, il est possible d’engager des chantiers de corrections pour s’aligner sur les bonnes pratiques :

- circonscrire des chantiers en s’appuyant sur des statistiques sur les données et en fonction de la politique documentaire et de conservation de l’établissement ;

- étudier les modifications de masse que l’on peut faire ou faire faire par son service informatique ;

- récupérer des notices « propres » auprès des réservoirs des agences bibliographiques (et conserver les identifiants).

Syndiquer le contenu